Lecture : Éco-Conception Web, les 115 Bonnes Pratiques

A force de parler de “virtuel” pour parler de l’informatique, on en oublierai presque que l’élaboration de contenu dématérialisé, notamment pour le web, peut être appréhendée sous l’angle de l’écologie.

En effet, comme il est mentionné dans Éco-Conception Web, les 115 Bonne Pratiques, écrit par Frédéric Bordage de chez GreenIT (en collaboration avec d’autres experts en optimisation de site web), l’ensemble des serveurs constituant le web :

  • nécessiterait l’électricité d’environ 40 centrales nucléaires (deux fois la consommation la France)
  • dégagerait des 609 de millions de gaz à effet de serre
  • nécessiterait des milliards de litre d’eaux (notamment pour le refroidissement)

À ces chiffres, nous pouvons mentionner aussi la quantité de matériaux nécessaires à la fabrication de cette infrastructure (disque dur, processeurs, câble…) ainsi que l’impact de leur transport/manufacture, la surface au sol utiliser par les gros serveurs etc…

Chaque requête informatique, que le résultat soit stocké ou non, nécessite des ressources.

Quel est l’impact environnemental d’Internet ? Une infographie par e-rse.net etGreenIT.

L’éco-conception web, c’est proposer une approche écologique afin d’optimiser un site web pour qu’il ne consomme trop de ressources. Si le but n’est pas la performance, force est de constater que optimisation écologique et optimisation de vitesse se regroupent souvent : une meilleure performance entraine souvent un meilleur bilan écologique.

L’obsolescence des appareils (dont une grande partie des composants n’est pas recyclés) et la durée de charge des batteries est d’ailleurs directement liée à ces problèmes d’optimisations. En optimisant les applications et les sites web, les appareils informatiques pourraient être garder plus longtemps. Avec des site web optimisés, pas besoin de racheter du nouveau matériel tous les deux ans parce que les site-web actuels seraient devenus trop gourmands pour être lancés sans ramer sur un “vieux” téléphone.

Le petit livre sus-mentionné regorgent de petites astuces, JavaScript, PHP, CSS pour éco-optimiser vos sites web. J’ai été surpris d’y voir certains conseils très simples à mettre à œuvres, ayant un impact non-négligeable sur l’efficacité d’un service et son impact écologique, et pourtant souvent négligés (comme l’utilisation de unset() en PHP pour libérer la RAM des gros tableaux).

Vous y trouvez comment optimiser :

  • Votre bande-passante
  • La vitesse du processeur
  • La quantité de RAM requise
  • L’espace disque et les base de données
  • La vitesse de transfert (en limitant le nombre de requêtes serveur, principalement)

Un livre que je conseille à tout programmeur web, intermédiaire ou avancé !

Merci à @Dinnaga@framapiaf.org pour l’avoir ramené de la bibliothèque 😛

Bonne lecture !


Lien :

 

  • Un sujet super intéressant ! Je partage sur twitter 🙂

    [petite coquille, tu as dit en conclusion “un live que je conseille” au lieu “d’un livre”]