Introduction aux Plugins WordPress

En tant que CMS, WordPress a de nombreux atouts : il est libre, gratuit, simple d’utilisation, performant… Mais ce dont nous allons parlé dans cet article, c’est d’un autre de ses points forts : sa modularité.
Des plugins pour WordPress, il y en a plus de 31 000 au moment où j’écris.

Si vous voulez rajouter une fonctionnalité à votre site WordPress, que ce soit en front-end ou en back-end et qu’une simple fonction PHP dans votre thème n’est pas envisageable, alors peut-être qu’un plugin pourra faire l’affaire ! Alors, pourquoi s’en priver ? 🙂

On peut lire parfois sur certains articles qu’installer trop de plugins peut ralentir les performances d’un site. Mise à part certains plugins, mal optimisés ou nécessitant beaucoup (trop) de fichiers, je dois avouer que les pertes de performance sont peu significatives, même avec de “gros plugins”. Une de mes installations de WordPress qui me sert pour faire des tests a plus de 50 plugins installés, mais elle n’est pas significativement plus lente. Vu le peu de temps de chargement qu’ils peuvent rajouter, ce n’est pas cher payé par rapport aux nombres de fonctionnalités qu’ils rajoutent.
Seul les backups (notamment par transfert FTP) prennent vraiment plus de temps à faire, mais encore une fois, je ne pense pas que ce soit un élement qui doit être pris en compte lorsque vous installer votre plugin. Pensez aux fonctionnalités avant tout, l’utilisateur n’a que faire de savoir que votre backup prends 15 minutes au lieu de 10, et il sera surement prêt à attendre quelques millisecondes de plus en chargement si le plugin que vous installer lui offre des fonctionnalités dont il pourrait se servir (un widget d’articles récents par exemple…).
Et n’oublions pas que certains plugins ont pour vocation… d’améliorer les performances ! N’ayez donc plus peur d’installer 10, 20 ou 30 plugins, tant que leur fonctions ne sont pas redondantes, et ne vous priver pas de petits optimisateurs, si des ralentissement se font sentir 🙂

Certains vous déconseilleront d’utiliser trop de plugins pour des questions de sécurité, prétextant que cela pourrait ouvrir des portes à des hackers potentiels. Encore une fois, même si cela est théoriquement possible, il faut relativiser : peu de plugin peuvent se transformer à leur ainsu en de telles portes si ils sont maintenus à jour au fur et à mesure des mises-à-jour de WordPress, la plus part n’ajoutant pas de fonctionnalités qui touchent pas au coeur de WordPress, ni même à votre base de données. Un plugin constitué d’une simple fonction PHP ne pourra faire grand mal, même si il n’a pas été mise à jour depuis un moment.
Et encore une fois, certains plugins ont pour vocation de renforcer la sécurité de base 😛
Quand au plugins malicieux (qui cachent une fonctionnalités secrête), vous n’avez à priori pas à les craindres. Il y en vraiment peu, et la communauté est assez réactive pour les dénoncer rapidement. Il suffit de télécharger les plugins sur des sites de confiance, tel que le site de WordPress, et de lire quelques avis avant de se lancer.

Maintenant que vous en savez un peu plus, je vous invite à lire dans cet article pour avoir une sélection de mes plugins préférés sous WordPress 🙂